Association Nationale des Anciens Combattants

et Ami(e)s de la Résistance


Comité de Morestel & Nord Isère

Amicale des Maquisards d’Ambléon et des Résistants Actifs (A.M.A.R.A.)

Historique


Une des caractéristiques de l'État Français est non seulement d'avoir pérennisé les structures répressives héritées de la 3ème République mais de les avoir perfectionnées, en en créant de plus de nouvelles sur les plans policier, militaire mais aussi judiciaire. Et de les avoir mises au service de la politique répressive et génocidaire de l'Occupant…

1. Les Brigades spéciales

Ce sont des structures dépendant des Renseignements généraux (R.G.), le service de police préexistant à la guerre chargé de surveiller pour le Gouvernement, l'état de l'opinion publique et l'activité des partis et groupes politiques…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

2. Le Service de police anticommuniste (S.P.A.C.)

C'est un des services de police parallèle constitués par les responsables de l'État Français pour appliquer leur politique répressive qi n'est pas sans rencontrer des réticences au sein des services officiels de police hérités de la 3ème République…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

3. La Police des Questions Juives (P.Q.J.)

Le 29 mars 1941 avait été créé un "Commissariat général aux Questions Juives"(C.G.Q.J.), c'est un arrêté en date du 19 octobre 1941 de Pierre Pucheu, ministre de l'Intérieur du gouvernement pétainiste, qui crée une "Police aux Questions Juives" (P.Q.J.) dont les services s'installent 8 rue Greffuhle, à Paris…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

4. La Police Nationale

Réorganisée par la Loi du 23 mars 1941, la Police du régime pétainiste comprend la Sécurité publique, la Police Judiciaire (de sûreté en octobre 1942) et les Renseignements Généraux. Elle est placée sous l'autorité du ministre Secrétaire d'État à l'Intérieur, dirigée et administrée par le Secrétaire général à la Police ayant à ses côtés un directeur général de la Police nationale…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

5. Les Groupes Mobiles de Réserve (G.M.R.)

Créés par un décret d'avril 1941, les G.M.R., initialement appelés " Groupes mobiles" ou "Groupes de réserve" prennent leur nom définitif le 13 avril 1941. Rattachés à la Sécurité publique, leurs effectifs pour la zone non-occupée (Sud), fixés par décret du 23 avril 1941, comprennent 32 Commandants de Gardiens de la Paix, 126 officiers de Paix, 126 Brigadiers-chefs, 504 Brigadiers, 6048 Gardiens de la, Paix, 32 Brigadiers comptables, 63 Gardiens de la Paix secrétaires ; soit un effectif total de 6931…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

6. La Gendarmerie Nationale

Elle comprend en 1940 avant l'invasion allemande de mai/juin 1940 trois entités : La Garde Républicaine (3000 hommes) implantée à Paris, la gendarmerie départementale (26000 hommes répartis en 26 légions de 4800 brigades métropolitaines) et la Garde républicaine mobile (21000 hommes répartis en 14 légions)…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

7. La Milice Française

Au commencement était la "Légion française des Combattants" (LFC), créée à l'initiative de Xavier Vallat, secrétaire général aux Anciens Combattants auprès du Gouvernement de Vichy, par la Loi du 30 Août 1940, afin de se substituer aux diverses associations existantes d'Anciens Combattants dissoutes…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

8. Les Sections spéciales

Suite au "coup de feu" de Fabien qui abat à Paris l'aspirant de la Kriegsmarine Moser le 21 août, Hitler exige des autorités pétainistes l'exécution d'otages. Pour répondre à cette exigence, en lui gardant un semblant de légalité, Pierre Pucheu, ministre de l'Intérieur, et Joseph Barthélemy, ministre de la Justice, mettent avec difficulté face aux réticences du monde judiciaire en place, par une Loi antidatée du 14 août, une "Section spéciale" auprès des tribunaux militaires en zone Sud et auprès des cours d'appel en zone occupée…

Cliquer sur le titre de ce paragraphe pour accéder à ce dossier …

Sources: Le Journal de la Résistance mars 2017


Dernière mise à jour le 15 juin 2017-15:36:34

Mentions légales - © ANACR Morestel 2010 - 2017

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail
Accueil Qui sommes-nous Le Mot de la Présidente Nous rejoindre Contact Communiqués ANACR Exposition Liens utiles Lieux de Mémoire Bibliographie Historique Biographies Photothèque Accès Forum
Retour

Les services de repression pétainiste