Association Nationale des Anciens Combattants

et Ami(e)s de la Résistance


Comité de Morestel & Nord Isère

Amicale des Maquisards d’Ambléon et des Résistants Actifs (A.M.A.R.A.)

Historique


En 1930, la République allemande vit dans un état de trouble permanent. Le chômage augmente sans cesse, pour atteindre les six millions de sans-emploi en 1932. Adolph Hitler est le Führer (chef) du parti nazi qu'il vient de créer.

En 1933, il accède au pouvoir. Ses sections de protection (SA), sorte de milice armée au parti nazi (chemises noires), puis ses sections d'assaut (SS) et enfin sa gestapo (police secrète d'état) font régner sur toute l'Allemagne une terreur qui n'épargne personne.

Il fait assassiner des milliers de démocrates, des socialistes, des communistes et aussi des juifs, des tziganes, des femmes et des enfants compris. Certains dans les camps de concentration ouverts dès 1933.

Les institutions sociales, économiques ou culturelles disparaissent à leur tour ou sont intégrées au nouveau système. Le monde de l'industrie est également mis au pas dans le cadre d'une nouvelle structure. Par étape successives, l'Allemagne est donc mise au pas. Seule l'armée échappe encore à son contrôle. Röhm, officier et ancien combattant de la grande guerre, chef des SA, ne dissimule pas sa volonté de se débarrasser du corps des officiers de l'armée impériale, considéré comme réactionnaire et rétrograde, et veut créer une armée populaire dont les SA constitueraient le noyau.

Hitler se méfie de Röhm, en qui il voit un rival possible. Il fait arrêter et assassiner Röhm, son ancien compagnon de lutte par les principaux responsables de la SA. Mais un guet-apens contre les SA, sont assassinés à leur tour par sa garde rapprochée, les SS, seconde force paramilitaire du parti nazi. Les événements de cette nuit sont connus sous le nom de "Nuit des longs couteaux". Dans le même temps, les pouvoirs des SA passent aux mains de la SS.

La dictature policière qui s'abat sur le pays entraîne un effondrement de toutes les valeurs intellectuelles et la mise au pas de l'intelligence.

Le système concentrationnaire connait deux grandes périodes :

Le 11 mars 1938, ils s'accaparent l'Autriche.

Le 30 septembre 1938, la France et l'Angleterre signent à Munich un accord avec Hitler qui livre une partie de la Tchécoslovaquie à l'Allemagne. Les français, en grande majorité poussent un soupir de soulagement, persuadés que la guerre est évitée.

Puis est signé à Paris, le 6 décembre 1938, la "déclaration franco-allemande de bon voisinage" par les ministres des affaires étrangères allemands et français (Von Ribbentrop et Georges Bonnet). Ces accords n'ont-ils pas servi de prétexte à l'URSS pour signer elle aussi un accord avec l'Allemagne "Pacte germano-soviétique" le 23 août 1939.

En dépit des assurances données à Munich, le 15 mars 1939, les nazis envahissent toute la Tchécoslovaquie le 1er septembre 1939. Ils attaquent et envahiront la Pologne. Le 3 septembre 1939, la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne nazie. Ce qui n'empêche pas ses troupes d'écraser la Pologne en quinze jours.

La "drôle de guerre" commence, incompréhensible pour les simples citoyens. Le 10 mai 1940, les allemands déferlent sur les Pays Bas, la Belgique, le Luxembourg, la France.

Le 14 juin 1940, les allemands occupent Paris. En quelques semaines, l'armée française est anéantie, cent mille morts, près de deux millions de prisonniers. Sur les routes, des millions de civils fuient l'avancée de l'armée hitlérienne sous les bombardements et la mitraille. Les soldats français abandonnés par leurs chefs se sentent trahis, refluent devant la marée nazie.

Le 16 juin 1940, le Maréchal Pétain est appelé à la présidence du gouvernement français. Il décide de capituler. L'armistice est conclu le 22 juin 1940 à Compiègne en présence d'Hitler. Pétain accepte toutes ses conditions.

Les allemands occuperont près de trois-quarts du territoire français avant de l'occuper entièrement le 11 novembre 1942. La France fera l'entretien des troupes d'occupation. L'armée française démobilisée livrera tout son matériel et devra verser 400 millions de francs par jour.

Les usines sont transformées en usines de guerre pour l'armée allemande. Le gouvernement s'installe à Vichy et le 10 juillet 1940, le parlement vote les pleins pouvoirs à Pétain qui abolit la République et proclame l'État Français qui prend la forme d'une dictature avec comme devise : Travail-Famille-Patrie.

La collaboration avec les nazis est officialisée en octobre 1940 par la rencontre Hitler Pétain à Montoire.

A partir de 1942, le Service du Travail Obligatoire est mis en place. La collaboration avec l'occupent nazi se développe dans le gouvernement de Vichy, l'administration, la police etc.

Les éléments les plus décidés dans la collaboration s'engagent dans la légion des volontaires français. Ils partent combattre sur le front russe sous l'uniforme nazi. D'autres choisissent la "milice française", organisation paramilitaire qui joua le rôle d'une police politique de répression souvent en collaboration avec la gestapo.

Le 18 juin 1940, le général de Gaulle prononce son appel historique à la radio de Londres. Suivra la majorité des partis politiques.

Des patriotes, hommes et femmes courageux se ressaisissent, refusant d'accepter cette humiliante défaite et la doctrine nazie. Peu nombreux au commencement, ils sauront par la suite, en entraîner d'autres.

Le Conseil National de la Résistance (C.N.R)

De retour de Londres, Jean Moulin a pour mission de représenter le général de Gaulle en France. Jean Moulin était Sous-préfet à Albertville en Savoie en 1925. Il avait 26 ans. Préfet de l'Eure et Loire, c'est en juin 1940 qu'il affronte à Chartres la ruée allemande. En novembre 1940, Pétain met à la retraite le Préfet patriote Jean Moulin âgé seulement de 41 ans.

Pour une meilleure efficacité dans la lutte contre l'occupant nazi et les collaborateurs de Vichy, il devient impératif d'unifier la Résistance. Jean Moulin parvient, non sans difficultés, à conclure un accord entre toutes les organisations de la Résistance et à la constitution du Conseil National de la Résistance (C.N.R.) le 27 mai 1943.

Son programme très ambitieux, prônait la participation des citoyens à la conduite de la nation et leur émancipation sur les forces de l’argent :

Il comporte deux parties :

Nous espérons avoir répondu à vos recherches. Faites le nous savoir sur notre forum ou Livre d’or afin que nous puissions le cas échéant approfondir le sujet. Nous vous remercions de votre visite.


Dernière mise à jour le 13 juin 2017-08:48:53

Mentions légales - © ANACR Morestel 2010 - 2017

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail
Accueil Qui sommes-nous Le Mot de la Présidente Nous rejoindre Contact Communiqués ANACR Exposition Liens utiles Lieux de Mémoire Bibliographie Historique Biographies Photothèque Accès Forum
Retour

Avènement du nazisme et conflit